Comment prévoir son imposition en trading ?

AccueilJeux & ArgentComment prévoir son imposition...

Pourquoi jouer sur le casino en ligne cerise ?

Pour pratiquer les divers jeux en ligne, les amateurs...

Quel est le prix d’un visa pour le Sri Lanka depuis la France ?

Voyager au Sri Lanka, c'est partir à l'autre bout...

Quel est le meilleur jeux de crypto gratuit ?

Les jeux sont en majorité un moyen amusant de...

Quel est le meilleur jeu de crypto monnaie ?

Eu égard de leur ampleur, nombreuses sont les personnes qui...

Le trading est une activité soumise à imposition. Pour se mettre à l’abri des surprises désagréables, les traders doivent connaître les spirales liées à la fiscalité de ce métier. Ainsi, ils pourront faire des prévisions financières en conséquence. Toutefois, il existe des techniques incontournables pour prévoir son imposition en trading. Voici comment s’y prendre.

Définir son statut juridique pour une prévision imposition trading

Le statut juridique du trader est déterminant pour une prévision de l’imposition trading. Il est donc capital de définir préalablement si vous exercez votre activité à titre de profession habituelle ou non. Pour réussir cette différenciation, vous pouvez vous référez au bulletin officiel des impôts.

Ce document émane de l’administration fiscale. Il permet de reconnaître la délimitation entre les gains des particuliers traders et un bénéfice réalisé en qualité de professionnel. En l’espèce la théorie de l’habitude est retenue par le Conseil d’État. De ce fait, les opérations de trading effectuées à titre habituel donnent un statut de professionnel au trader.

Ce dernier doit alors effectuer une quantité importante d’actions dont les bénéfices dépassent largement ceux de ses autres revenus. La régularité des transactions est également un facteur permettant de reconnaître un trader professionnel.

Maîtriser le régime d’imposition en matière de trading

Le trading est soumis à l’impôt des valeurs mobilières. Il revient donc au contribuable, trader particulier, de déclarer les bénéfices de son activité au mois de mai de chaque année. Il est ainsi taxé au régime de Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) encore connu sous le nom de Flat Tax. Ce régime fiscal inclut les prélèvements sociaux et l’impôt sur le revenu.

L’imposition des revenus peut comprendre, outre les plus-values de trading, les accessoires suivants :

  • les indemnités de chômage,
  • les salaires,
  • les retraites,
  • les dividendes,
  • les revenus des placements financiers et
  • les revenus immobiliers.

Le taux applicable à la Flat Tax est de 30%. En ce qui concerne les traders professionnels, ils sont soumis au régime des bénéfices non commerciaux (BNC). Cette taxation est évaluée par barème progressif et par tranche d’imposition.

Apprendre à calculer ses charges fiscales

Après la détermination du régime d’imposition, vous devez faire un calcul prévisionnel des charges fiscales induites par votre activité de trading. Cette évaluation nécessite le calcul préalable du gain de votre activité de trading : c’est la plus-value. Vous devez également estimer votre moins-value qui représente vos pertes au cours de l’exercice.

La différence entre ces deux éléments de votre bilan annuel de trading permet de déterminer la base imposable. Le taux indiqué lui est donc appliqué pour déterminer l’impôt prévisionnel à payer. A titre illustratif, vos opérations de trading vous permettent de réaliser un gain de 3000 euros l’année. Vous devez de ce fait prévoir comme impôt Flat Tax 30% sur les 3000 euros au cours de cet exercice.

En revanche, si vos opérations de trading tournent à perte, vous devez plutôt reporter cette charge fiscale sur vos gains futurs. Ainsi, pour une perte de 2000 euros en 2021 et une plus-value de 2500 euros en 2022, la base imposable est 500 euros soit 2500 – 2000.

Les pertes engrangées en trading sont reportables par le fisc d’année en année sur 10 ans. Pour une prévision fiscale plus exacte de votre activité de trading, faites appel aux services d’un fiscaliste professionnel.